Un singulier destin pour un homme pluriel

Par Martine Guilcher • 

Sept romans en un, c’est ce que propose ce nouvel opus sur « le promeneur solitaire », à lire avant ou après avoir arpenté le nouveau sentier de randonnée que l’Oise vient d’inaugurer (voir dossier rando et littérature).

Rousseau, père abandonnique s’il en fut,  n’en finit pas de faire des petits. On ne compte plus  les pièces de théâtre, les téléfilms et les catalogues, expositions, parutions, créations et rééditions qui commémorent l’anniversaire de son tricentenaire. C’est peu dire que « le promeneur solitaire » reste un poids lourd éditorial. Les 420 pages du livre de Valère-Marie Marchand « Rousseau, les sept vies d’un visionnaire, se lisent légèrement. L’auteur emprunte avec brio  la langue de Rousseau, reprend son phrasé au jour le jour et ses relations avec ses contemporains. Elle a choisi l’angle des paradoxes célèbres, le Rousseau nomade et sédentaire, réactionnaire et visionnaire, solitaire et altruiste, utopiste et réaliste, croyant et agnostique, partisan d’un ordre souverain et précurseur du pacte républicain… Soit au total sept vies dont le « citoyen de Genève » renaît tel un phénix. Ce fils d’horloger qui ne connaîtra jamais sa mère morte en couche, issu d’un milieu qui n’était pas bourgeois, sera l’un des rares intellectuels du siècle des lumières à avoir exercé de ses mains, pour être indépendant. Tour à tour, secrétaire , apprenti chimiste, il voulait être compositeur. Il deviendra copiste de musique, apprendra le métier de graveur. Et refusera à 3 reprises les rentes royales, offertes par Louis XV, à qui il posera tout simplement un lapin au grand dam de ses contemporains ! Rousseau contrairement à Voltaire ne supportait pas l’idée de vivre en courtisan. Valère Marie Marchand nous livre en un seul volume sept petits romans, faciles à lire et illustrés par l’auteur. Du cousu main pour découvrir un autre homme que celui qui a abandonné ses enfants. Si en refermant ce volume, vous avez compris quel professeur tournesol se cachait derrière Rousseau, ce sera assurément la faute à Valère…

Pour tout public à partir de 16 ans.

22 aux Ed Écriture/Neige

Les rêveries du promeneur solitaire

Culture et vie locale dans l’Oise


Illustration : Dominique Boileau - ©Culture et vie locale dans l’Oise

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

48 queries. 0,294 seconds