Raquettes au sommet…d’enfer !

Par Martine Guilcher.

Écoutez Gonzalo, guide-accompagnateur à la Balaguère, raconter sa rando raquettes, passe frontière :   6 jours, à frayer avec les balcons des Pics d’Enfer dans les Pyrénées, entre France et Espagne.

« Rendez vous est pris   à Pau, pour le transfert vers la Vallée d’Aspe. On démarre au parking à Sansanep, un point très connu de départ de randonnées, ambiance forêt de hêtres, sapins. C’est très joli, doux, on est près de la frontière qu’on va traverser au bout d’une heure, une heure et demi de rando. Ça grimpe mais pas trop. C’est une mise en jambe tranquille jusqu’au col de Caussiat, où on se retrouve en Espagne. On descend vers Candanchu,  une charmante station de ski  nordique et alpin, à côté du col du Somport. Et là, pour ce premier jour on s’arrête au bout d’environ 4h de marche. Le lendemain, il y a un transfert jusqu’à la station d’Astun. On rentre dans un vallon, on sort très vite de la station, on oublie les skieurs, les remontes pente  et on atteint le lac des Grenouilles jusqu’au col des Moines qui se trouve en France. Là c’est un peu plus dur il y a quelques pentes un peu raides, mais un panorama  à couper le souffle avec le  un des sommets emblématiques. On marche 6h à 7h  dans un paysage de haute montagne, sans arbre, sur un épais tapis blanc, qui étincelle au soleil. Si la neige est croutée, on casse la croûte (de glace) et ça crisse. Quand il y a beaucoup de poudreuse on s’enfonce  dans le sillon, la raquette trace une ligne nette dans l’étendue vierge. On n’est pas dans une ambiance monacale, même si on marche en silence pour garder son soufflé, dès qu’on s’arrête on raconte des histoires. On pique nique en pleine nature, parfois on a des clients qui nous apportent une bouteille de leur région, on se boit un petit coup, c’est sympa, et le soir on s’avale une petite liqueur. On panache France/Espagne toute la rando, les paysages changent souvent, les ambiances aussi. Parfois on a l’impression d’être au Canada, parfois dans les Dolomites en Italie. On voit des sommets de plus de 3000m, des lacs de montagne, des falaises comme des murailles, des cirques… les ambiances tranchent entre, forêts de hêtres et pinèdes. Dans une une hêtraie on se sent dans un labyrinthe, une pinède c’est plus majestueux, austère. Les sensations changent, on ne s’ennuie jamais. Chaque montagne a sa propre personnalité, un modelé, une forme. On traverse un peu de tout dans tout. Mais ce n’est pas possible à décrire comme c’est beau, il n’y a que les poètes pour faire ça avec les mots. Tout ce que je peux vous dire c’est que les gens adorent cette rando grandiose. Et moi je ne m’en lasse pas.”

En savoir plus :

La Balaguère

Entre la France et l’Espagne

Vidéo Pic du Midi d’Ausso

 

Pratique : sur cette randonnée, les bagages sont transportés par taxi si quelqu’un est trop fatigué, il peut faire un break et reprendre ensuite.

Niveau : randonnées en raquettes sans difficultés techniques. Étapes de 5 à 7 heures de marche, dénivelé entre 500 et 800 m. Il faut une condition physique convenable. Pas besoin d’être un alpiniste mais être déjà familiarisé avec les raquettes et avoir un peu d’endurance. A partir de 18 ans.

Crédit photos : ©La Balaguère

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

48 queries. 0,294 seconds