La raquette : Success story française

Par Martine Guilcher.

Le 16 décembre 2011, TSL, le leader mondial de la raquette à neige a fêté ses 30 ans en Savoie. La France compte 4 millions de pratiquants. Et pourtant  !

Randonneurs en raquette

TSL, (Thônes Sport Loisirs) a été créé par Jean Claude Bibollet qui s’est le premier inspiré des raquettes canadiennes. Il les a fabriquées en plastique dans le berceau des Alpes, à Thônes. C’était, en 1981. Et c’était la préhistoire de la raquette en tant qu’activité de loisir. Elle a failli tourner court. En 1986, Jean Claude Bibollet fait faillite. Philippe Gallet, moniteur de ski, accompagnateur en montagne et utilisateur de ces raquettes qu’il  apprécie rachète la Société pour une bouchée de pain. 800 000 francs à l’époque, aujourd’hui TSL fait 12 millions d’euros de chiffre d’affaires !!

Rando en raquettesMais en 86, rien n’est gagné,  Philippe Gallet travaille de jour comme moniteur et turbine la nuit avec ses amis dans le garage de ses parents à la Clusaz. Il produit 1000 paires par an, aujourd’hui  il en sort 3000 paires/jour ! Les raisons du succès? Dès le début Philippe Gallet a misé sur la qualité et son réseau. Il promeut ses raquettes auprès de ses confrères prescripteurs. Et ça marche mais doucement jusqu’en 1995, où il sort une raquette révolutionnaire. « La 225 rando », permet de marcher normalement grâce à sa taille de guêpe 22,5 cm de largeur. Relookée en 2007 et rebaptisée « 226 RANDO », c’est devenu la raquette la mieux vendue au monde. En dépit d’une concurrence (Inook) qui a boosté la créativité! Et d’une soixantaine de brevets déposés qui protègent TSL. La raquette est désormais le second marché après le ski alpin. Sa cible ? Les randonneurs du dimanche à 70%, mais elle séduit aussi, 5% des snow-boarders qui grimpent jusqu’aux crêtes avec, et pour 25% les mordus.  TSL, ne s’endort pas pour autant sur ses lauriers. La Société a développé ce marché en Europe, crée une coupe d’Europe de raquette à neige et promet la sortie d’un nouveau prototype dans 2 ans. En attendant, on peut depuis l’hiver dernier s’adonner au Yooner (à voir absolument !), autre innovation signée TSL. A mi chemin entre la luge et le ski alpin, le yooner réclame 10 mn d’apprentissage. De quoi séduire tous les néophytes de la glisse à qui il procure de vraies sensations, sur les pistes vertes, bleues, voire rouges. Descente assis, mais au raz du sol : frissons et rires garantis !

En savoir plus :

TSL Outdoor

Interview de Philippe Gallet (PDG Outdoor)

A la découverte du Canada

Innok

 

Crédit photos : ©TLS Outdoor - ©Phovoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

48 queries. 0,297 seconds