Âne..ecdote à la Ferme du Pont des Aulnes dans les Ardennes

Par Olivier Heinen, propriétaire de chambres d’hôtes à Les Mazures (Ardennes)

La lumière du soleil commence à peine à percer les rideaux et à créer une douce et paisible atmosphère dans notre chambrée; nous ne saurions dire quelle heure il est tant le calme est omniprésent à la Ferme du Pont des Aulnes.

La ferme du Pont des Aulnes en Ardenne

Au loin je crois percevoir des bruits familiers qui m’informent que l’on s’active au rez-de-chaussée; il me semble même qu’une douce saveur sucrée de croissants chauds réveille mes papilles. Soudain, un cri d’animal me fait sursauter.., un instant plus tard je reconnais cet appel : il s’agit de Gaston, l’âne que nous avons loué pour porter nos victuailles ainsi que notre petite fille pour la randonnée pédestre organisée la veille avec Olivier, notre hôte. Il est l’heure d’y aller! semble-t-il vouloir me dire. Le temps d’un copieux et délicieux petit-déjeuner et nous sortons saluer notre compagnon de route du jour. Je lis dans ses yeux, et dans son comportement que notre Gaston, bien que placide, n’attend qu’une chose : le départ. Ni une, ni deux, je place l’ harnachement sur le dos de Gaston, techniquement appelé «bât», comme me l’a expliqué la veille son maître, Emmanuel. Quelques réglages plus tard, nous sommes enfin prêts. Il ne reste qu’à placer dans les sacoches de Gaston, les casse-croûtes commandés la veille à notre hôte.

Fillette en balade en Ardennes

Déjà nous devinons que la journée sera placée sous le signe du soleil, et qu’il nous faudra bien profiter de la fraîcheur de la forêt et des brises rafraîchissantes que le Lac des Vieilles Forges voudra bien nous apporter. Gaston, imperturbable, tel un «sage», marche à nos côtés. Nous quittons la route pour nous enfoncer dans la forêt; les denses forêts ardennaises, qui racontent tant de contes et légendes, nous nous en imprégnons. Le chemin est facile, nous rencontrons quelques gués qui alimentent le lac, et que Gaston, après un bref instant de réflexion traverse sans se hâter. Après quelques kilomètres (2, 3, 4 kilomètres, difficile de savoir exactement) notre petite fille montre des signes de fatigue. Nous lui proposons alors de monter sur le dos de Gaston; elle se place entre les croisillons du bât, et, bien maintenue, nous poursuivons notre périple; elle est ravie !

 

Visitez ici les chambres d’Olivier

En savoir plus :

Un âne en ArdennesUn âne en Ardennes

 

Les Mazures

Crédit photos : M. Heinen, le propriétaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

48 queries. 0,290 seconds